Rechercher

Pourquoi la solitude est encore mal vue aujourd'hui ?

La perception de l'isolement, la solitude par la société est si négative qu'elle est utilisée comme une forme de punition dans le système carcéral. Notre solitude quotidienne est censée provenir d'un manque général d'interaction avec les autres êtres humains. Mais que se passe-t-il si je vous dis que parfois être seul peut apporter plus de paix dans nos vies que d'avoir une pléthore de connexions humaines, ou que la solitude peut être créée à partir de trop d'interactions humaines superficielles? Cet isolement peut être un premier pas vers la guérison?



Certains d'entre nous qui sont envahis par de longs épisodes d'émotions sombres et d'énergie négative après avoir été dans des situations sociales utilisent l'isolement comme un moyen sain de s'échapper et de se regrouper. Les introvertis l'utilisent comme moyen de se recharger, indispensable à leur équilibre. Parfois même on se découvre introverti lorsqu'avec le temps on se rend compte de notre besoin flagrant de se retrouver seul pour se recentrer. Mais je dirai même qu'au delà même des étiquettes: "introvertis", "extravertis", il suffit de s'explorer pour se (re)découvrir.


C'est dans ces sensations de vides et de solitude que commence le travail de l'ombre et la découverte de soi, nécessaires à notre croissance spirituelle.


Il y a une guérison immense qui survient dans l'acceptation du calme. Il y a de la guérison lorsque l'on se retrouve seuls et nous sommes obligés de faire face à nos peurs.


Accepter notre solitude peut être terrifiant pour ceux et celles qui ne savent pas comment être seuls. Pendant si longtemps, j'étais cette fille. Je pensais que j'avais besoin d'une connexion humaine constante, et je me suis accrochée à des relations fades jusqu'à ce que je réalise que cela ne me nourrissait absolument pas, au contraire. J'étais au fond terriblement en demande de connexions riches, stimulantes, constructives, harmonieuses, belles et profondes !


Je me suis épuisée et lassée de la toxicité de certaines de mes anciennes relations, de rencontres sexuelles dénuées de beauté et de grandeur, de conversations superficielles qui manquaient de profondeur ou de substance. J'avais accepté toutes ces interactions parce que j'avais peur d'être seule. J'avais peur du rejet et de l'abandon. J'ai fait des ravages sur mon état émotionnel et psychique en donnant aux autres exactement ce qu'ils voulaient, à tous niveaux. J'avais l'impression que je devais remplir mon corps de choses pour m'anesthésier - jusqu'à la disparition lente et progressive de mes blocages et de mes peurs.



Je laissais mes objectifs et mes envies glisser entre mes doigts car la détresse et l'indigence intérieure qui m'étaient familières me paraissaient tout de même plus confortables que l'inconnu. Ma vie était devenue ce tourbillon de chaos auquel j'étais complètement accro. Sans cela, je ne savais pas comment survivre. Le chaos m'a donné la capacité de jouer la victime et d'attirer la souffrance et la lutte. J'étais devenue une experte en dégoût de soi et une pessimiste de l'amour.


Peu importe combien de fois j'ai dit que je voulais sortir, je savais au fond que j'étais accro à ce mécanisme de pensées, qui était devenu mon style de vie. C'était devenu mon schéma, mon refuge.


J'ai finalement réalisé que je devais commencer à faire ce qui me faisait le plus peur: je devais m'isoler et trouver la paix dans ma solitude et transformer mes relations - non seulement avec les autres, mais aussi avec moi-même .


Le changement est effrayant. Cela nous tire hors de notre zone de confort et dans un domaine de notre vie où nous commençons à devenir plus conscients des émotions que nous essayons d’éviter depuis si longtemps. Et les émotions sont douloureuses.


Ainsi, par auto-conservation, au lieu d’embrasser le changement et de vivre pour le frisson de l’inconnu, nous nous contentons dangereusement de la place douloureuse et stagnante dans laquelle nous nous trouvons dans la vie. Nous ne réalisons pas que la bulle sociale toxique dans laquelle nous nous plaçons nous empêche d'avancer dans nos vies et ne nous fera en aucun cas accéder à des émotions nourrissantes et durables, et encore moins à nos rêves.


Etre honnête avec vous même et prendre la DÉCISION de changer cet état d'esprit car une petite voix à l'intérieur vous murmure qu'il y a peut être autre chose à vivre et à ressentir est la première chose que vous puissiez faire, par amour pour vous.



10 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout